La Poussette, cette amie qui vous veut du mal

Etre Maman, c’est dangereux. Et oui. Il faut bien l’admettre. En plus des projection de pipi lors du change, des attaques aux bisous avec les dents, des tours de reins en raison de portage intense, de maux de crâne pour cause de niveau de décibel anormalement élévé, il faut aussi avoir un permis poussette pour survivre à ce métier à temps complet (oui, même si on travaille, on pense toujours à ses bambins, ce qui fait donc du métier de maman un travail à temps complet.)

Je passe sur l’épisode du Bus. Je passe sur les gens désagréables qui refusent de vous laisser passer malgré vos zig zag frénétiques (mais toujours contrôlés bien sûrs) histoire d’éviter de poireauter 10 minutes par -5°C pour attendre le petit bonhomme vert (celui qui vous permet de traverser en toute sécurité, pas celui qui viendrait d’une galaxie lointaine, on est bien d’accord). Je passe sur les insultes.

Revenons à nos moutons… Il y a de ça quelques jours, j’ai eu un accident de poussette. Un vrai. Un vrai qui fait mal.

Londres n’est pas connu pour ses trottoirs plats ou ses chaussées en bon état. Quitte on a droit à un bateau à chaque fin de trottoir pour traverser plus facilement avec une poussette (ou un fauteuil roulant d’ailleurs). Quitte, il y a parfois des nids de poule gros albatros juste derrière.

Et bien cette fois, le nid d’albatros, je l’ai pas vu figurez-vous. Je l’ai tellement pas vu que filant telle le vent avec ma poussette pour rentrer Petit Bout au chaud, Et bien la roue avant est restée dans le nid d’albatros. Et quand la roue avant de la poussette se bloque dans un trou et que vous continuez à pousser la poussette, et bien ça fait mal.

Déjà, ça fout un gros coup au coeur, parce que vous voyez la poussette qui commence à se retourner et là vous imaginez votre petit bout prendre sont envol… Donc vous avez peur, vous vous accrochez de plus belle à la poignée et vous réussissez à ramener les roues arrière de la poussette au sol. Ouf.

Une nanoseconde après vous être remise de vos émotions, vous avez une violente douleur dans les tibias : en vous raccrochant à la poignée pour stabiliser la poussette (et sauver votre petit bout) vous vous êtes mis un bon gros coup de poussette (la barre où il y a le frein) dans les tibias. J’ai failli pleurer tellement j’avais mal dîtes donc. Un peu comme quand on se coince le petit doigt de pied dans le chambranle de la porte, quand on marche sur un tout petit légo ou quand on se prend un ballon dans le nez (mais d’où vient ce flash back de mes années collège???).

Bref, malgré la prise d’Arnica en homéopathie au retour de la ballade, je dois déplorer 2 énormes bosses bleues sur chaque tibia (je vous épargne les photos).

Mais surtout, moi qui me demandais souvent à quoi ça servait d’attacher solidement Petit Bout dans sa poussette, et bien mainteant, je le sais. C’est pour prévenir des accidents de poussette!

Publicités
Article précédent
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :