Suivi de grossesse en Angleterre – Planning des visites anténatales

pregnancy stages with fetus stagesAprès la prise de contact avec son généraliste pour déclarer sa grossesse et la prise de contact avec l’hôpital je voulais faire un point rapide sur les visites anténatales en Angleterre.

Voilà le planning de suivi que l’hôpital m’a proposé pour mes deux grossesses. J’imagine que c’est le même pour tout le monde, indépendamment des hôpitaux.

Semaine 8+0 – 9+6 : Booking appointement (Hôpital)
J’en ai déjà parlé, pour plus d’info, c’est par ici.

Semaine 11+0 – 13+6 :1ère échographie (Hôpital)
Je vous en parlerai en détail dans peu de temps. Mais grosso modo, l’échographie a pour but de dater votre grossesse (et donc de déterminer avec plus de précision la date d’accouchement prévue) et de dépister certaines anomalies dont les cas de trisomie. Elle permet aussi de déterminer si vous avez des chances d’avoir des complications lors de votre grossesse et donc d’accoucher prématurément.

Semaine 16 : Visite de routine à l’hôpital
– La sage-femme fera un point sur les analyses effectuées lors du Booking Appointment (vous aurez déjà reçu les résultats par la poste et aurez été contactée s’il y avait un résultat douteux).
– Elle vous expliquera également en quoi consiste l’échographie des 20 semaines.
– Examens : prise de tension, analyse d’urine.

Semaine 20+0 – 21+6 : 2ème échographie (Hôpital)
Histoire de vérifier que le bébé se développe normalement, et pour vérifier où si situe le placenta (il ne faut pas qu’il obstrue le col de l’utérus). Plus de détails très bientôt à ce sujet également.

Semaine 25 : Visite de routine chez le généraliste – 1ère grossesse uniquement
Examens : prise de tension, analyse d’urine, mesure de la hauteur utérine (symphysis-fundal height) : distance entre l’os pubien et le fond utérin, évalués par palpation manuelle. La distance est mesurée avec un mètre de couturière.
A partir du quatrième mois de grossesse, l’utérus doit mesurer environ 16 cm et prendre ensuite 4 cm par mois jusqu’au septième mois. A partir de 32 semaines d’aménorrhée (au-delà du 7e mois), il évolue de 0,5 cm par semaine jusqu’au terme. On compare donc les résultats obtenus sur la femme enceinte à la hauteur utérine moyenne.
A 4 mois : la moyenne est de 16 cm.
A 5 mois : la moyenne est de 20 cm.
A 6 mois : la moyenne est de 24 cm.
A 7 mois : la moyenne est de 28 cm.
A 8 mois : la moyenne est de 30 cm.
A 9 mois et jusqu’au terme : la moyenne est de 32-34 cm.
(source : infobebes.com)

Semaine 28 : Visite de routine à l’hôpital
– Examens : prise de tension, analyse d’urine, mesure de la hauteur utérine.
– Analyses de sang : anémie (anemia), taux de glucose (random blood glucose)
– Traitement pour les femmes qui ont un Rhésus négatif.
– Remise du certificat Mat B1 (à donner à son employeur pour les indemnités de congé maternité).
– Vous pouvez réserver vos cours d’accouchement.

Semaine 31 : Visite de routine chez le généraliste – 1ère grossesse uniquement
– Le médecin passera en revue les résultats de vos analyses faites en semaine 28.
– Examens : prise de tension, analyse d’urine, mesure de la hauteur utérine.

Semaine 34 : Visite de routine à l’hôpital
– Examens : prise de tension, analyse d’urine, mesure de la hauteur utérine.
– Analyses de sang : anémie (anemia).
– La sage femme vous donnera plus d’informations sur le travail et la naissance ; elle abordera en particulier le birth plan (projet de naissance) que vous devrez rédiger avant l’accouchement, comment reconnaître les signes de travail et comment gérer la douleur du travail et de l’accouchement.

Semaine 36 : Visite de routine chez le généraliste
– Examens : prise de tension, analyse d’urine, mesure de la hauteur utérine. Le médecin vérifiera également la position du bébé (s’est-il retourné et a-t-il la tête en bas ? est-il en position de siège ?
– Il vous donnera également des informations sur l’allaitement, la vitamine K, les tests qui seront faits sur votre enfant juste après sa naissance, et comment prendre soin de vous après la naissance.

Semaine 38 : Visite de routine à l’hôpital
– Examens : prise de tension, analyse d’urine, mesure de la hauteur utérine.
– La sage-femme vous expliquera les démarches à suivre en cas de grossesse dépassant les 40 semaines et vous donnera un rendez-vous pour votre 41ème semaine de grossesse, au cas où…

Semaine 40 : Visite de routine chez le généraliste ou à l’hôpital – 1ère grossesse uniquement
Examens : prise de tension, analyse d’urine, mesure de la hauteur utérine.

Semaine 41 : Hôpital
– Examens : prise de tension, analyse d’urine, mesure de la hauteur utérine.
– Echographie pour voir comment se porte le bébé et définir si la femme enceinte peut attendre un travail naturel.
– On peut également vous proposer un déclenchement ou un décollement de membrane, pour accélérer / démarrer le travail naturellement.

Crédit Photo : Tumblr 

Article publié sur SBG

Publicités

Suivi de grossesse en Angleterre – 1er trimestre (2) – Booking Appointment

MindTheBumpJe vous racontais la dernière fois le premier rendez-vous chez le généraliste, histoire de « déclarer » sa grossesse en Angleterre et de démarrer les démarches administratives.

Maintenant que vous avez vu votre généraliste et que vous avez été référée à un hôpital pour le suivi et l’accouchement, les choses sérieuses commencent. Je vous rappelle que nous sommes en Angleterre… Re-lax.

L’étape suivante, c’est le Booking appointment, ou la prise de contact avec une Midwife (sage-femme) à l’hôpital.

Il dure une bonne heure. Au programme : récapitulation de votre passé médical, prises de sang, explication du suivi de grossesse, paperasse, questions / réponses.

Tout d’abord, on vous remet un cahier d’Antenatal Notes ou Antenatal Record. Il faut en remplir une partie soi-même. La sage-femme en remplira une autre partie le jour du booking appointment, et lors de vos rendez-vous prénataux suivants. A vous donc de répondre aux questions concernant vos données personnelles, vos origines familiales, les problèmes de santé / psychologiques auxquels vous avez pu faire face jusqu’à présent, les informations sur vos précédentes grossesses / fausses couches.

Au programme également, ces petits tests et dépistages si sympathiques :

  1. Les tests d’urine pour détecter une infection éventuelle ou des sucres qui ne devraient pas être là. Ces tests sont effectués à chaque visite, donc évitez, comme moi, d’aller faire pipi juste avant de partir à votre rendez-vous…
  2. Les analyses de sang. Elles sont beaucoup moins nombreuses qu’en France, et beaucoup moins fréquentes. Vous pouvez également y refuser ces tests si vous ne souhaitez pas les effectuer. En Angleterre, on vous propose au Booking appointment les recherches suivantes :
    1. Les plaquettes, en particulier pour mesurer le taux de fer dans le sang
    2. La confirmation de votre groupe sanguin et de votre Rhésus
    3. Une recherche d’anticorps (antibodies)
    4. Le taux de glucose dans le sang (random blood sugar)
    5. L’anémie à hématies falciformes (Sickle cell)
    6. La Thalassémie, aussi connue sous le nom de « maladie méditerranéenne » (Thalassemia)
    7. La Rubéole (German measles ou Rubella)
    8. Le SIDA (HIV)
    9. L’hépatite B (Hepatitis B)
    10. La Syphilis

J’imagine qu’ils font aussi une recherche d’hormones de grossesse, mais j’avoue que je n’ai pas vu de résultat à ce propos… A croire qu’ils nous font vraiment confiance pour faire pipi sur un bout de papier et lire les résultats d’un test de grossesse.

A noter donc que le test de la toxoplasmose n’est pas proposé ! On vous expliquera comment éviter de l’attraper, mais on ne surveillera en aucun cas cette maladie durant votre grossesse. Je m’étais jurée de faire faire le test en France après ma première grossesse… ce que je n’ai jamais fait bien évidemment. D’un autre côté, les précautions à prendre pour éviter de contracter la toxoplasmose sont assez basiques, donc ça ne me dérange pas vraiment de ne pas savoir. Et vivant en ville, il est quand même moins probable que je l’attrape.

Les résultats de vos analyses vous sont envoyés par la poste au bout d’une semaine environ. Grosso modo, l’hôpital a les résultats avant vous. S’il s’avère qu’un résultat est anormal, ils vous passent un coup de fil et vous convoquent. Dans le cas contraire, vous n’aurez aucune nouvelle et devrez attendre patiemment le facteur. Pour ma part, aucune échelle de résultat ne m’a été fournie avec mes résultats. J’ai reçu un papier plein de chiffres incompréhensibles et je suis allée voir sur internet à quoi tout cela pouvait bien correspondre, avec les taux « moyens ». Comme je n’avais pas eu de coup de fil, je savais que tout allait bien, mais quand même. Pour info, une sage-femme discute avec vous des résultats de vos analyses lors du rendez-vous prénatal des 16 semaines… Oui. 8 semaines plus tard…

Côté prévention toujours, on vous proposera différentes échographies :

–          La première, appelée dating scan (parce qu’elle permet de dater la grossesse et donc d’évaluer plus précisément la date d’accouchement), a lieu à environ 12 semaines ;

–          La deuxième, appelée anomaly scan a lieu vers 20 semaines, pour vérifier que le bébé se développe normalement ;

–          On peut éventuellement vous proposer une troisième échographie vers 34 semaines (en général en cas de placenta mal placé ou d’inquiétudes quant au développement du bébé).

Vous avez la possibilité de les refuser, avec les tests de dépistage qui vont de paire (trisomie, développements anormaux…).

Vous devez donc signer quelques papiers histoire de montrer que vous avez bien compris à quoi servent les différents tests et que vous êtes d’accord pour les faire.

Voilà en gros en quoi consiste le Booking Appointment. Comme c’est le premier « vrai » rendez-vous, n’hésitez pas à venir avec une liste de toutes les questions que vous pouvez vous poser concernant votre grossesse et vos inquiétudes. On a beau se dire qu’on pensera bien à tout demander, on oublie toujours quelque chose. Donc autant se faire une petite liste !

Prochain épisode : le planning de suivi

Article publié sur SBG

Le suivi de grossesse en Angleterre – 1er trimestre (1)

MindTheBumpComme Tout Petit Bout est en route et que je vais accoucher une fois de plus dans le public en Angleterre, je me disais que j’allais vous en dire un peu plus sur le suivi de grossesse ici.

Pour le moment je suis en enceinte de 13 semaines et j’arrive donc à la fin du premier trimestre de grossesse.

En Angleterre, le suivi est beaucoup plus relax qu’en France d’après ce que j’ai pu constater avec ma précédente grossesse il y a deux ans (suivie en Angleterre également) et ce qu’ont pu me dire mes amies qui ont été suivies en France.

Quelle est la marche à suivre ici en Angleterre et comment ça se passe ?

Grosso modo, une fois qu’on a fait un test de grossesse et que celui-ci s’avère positif, il faut prendre rendez-vous avec son GP (l’équivalent du généraliste français).

Les rendez-vous chez le GP sont assez minutés, même si ce n’est marqué nulle part. En général, on a 15 minutes pour parler de ce qui nous amène, être ausculté (si besoin est), et récupérer son ordonnance (si besoin est également, bien évidemment). Quand on le sait, ce n’est pas un souci. Sinon, on risque d’être un peu dérouté, car on a quand on attend un enfant on a quand même envie de s’étendre un peu sur le sujet et de poser un milliard de questions, en particulier pour une première grossesse.

J’ai donc pris RDV chez mon GP quand 2 tests de grossesse m’ont confirmé que nous attendions une heureuse nouvelle. Quelques jours plus tard, je me rends donc au cabinet et une généraliste que je n’ai jamais vue auparavant me reçoit (celle que je vois habituellement est en vacances, et comme je n’ai pas vraiment envie d’attendre une ou deux semaines, j’ai pris ce qu’il y avait). Je vous résume le rendez-vous :

Moi : « Bonjour, je viens pour une bonne nouvelle, j’ai appris la semaine dernière que j’étais enceinte »

Elle : « Très bien. C’était voulu ? »

Moi : (Je viens de te dire que c’était une bonne nouvelle, donc a priori, c’est que c’était voulu quand même). « Oui, oui, nous sommes ravis avec mon mari ».

Elle : « Bien ! Vous avez fait un test de grossesse ? »

Moi : (non, non, j’ai juste l’impression que je pourrais être enceinte donc je viens vous voir) « oui, j’en ai même fait deux : tous les deux positifs. »

Elle: « Parfait, toutes mes félicitations, je vous réfère donc à l’hôpital Truc pour l’accouchement et le suivi », ils vous contacteront pour le Booking appointment (le Premier RDV avec toutes les questions médicales et les tests sanguins). Je vous donne votre Pregnancy Pack (Pack d’information sur la grossesse), ça devrait répondre à toutes les questions que vous pourriez avoir. Il y a également un petit papier à remplir et à renvoyer pour votre maternity exemption certificate. Et puis c’est votre deuxième grossesse et tout s’est bien passé la dernière fois, donc il n’y a pas de raison que ça se passe autrement cette fois ci ! Mais si vous avez le moindre doute, n’hésitez pas à nous appeler et à prendre rendez-vous ! »

Moi : (vous me croyez sur parole alors, on ne vérifie pas que je suis bien enceinte hein….pas de prise de sang juste au cas où je ne saurais pas faire pipi correctement sur un bout de papier et vérifier compter le nombre de lignes de couleurs dans la petite fenêtre…) « Parfait ! »

En ressortant, je jette un petit coup d’œil au Pregnancy Pack que le docteur m’a donné. Un petit bouquin qui explique le déroulement de la grossesse et les étapes majeures du suivi, les aliments à éviter, les choses à faire / ne pas faire quand on est enceinte.

Je trouve également le papier à renvoyer pour obtenir mon maternity exemption certificate. A faire absolument, ça permet de ne pas payer les médicaments ni le dentiste jusqu’au premier anniversaire de l’enfant. Facile à remplir sauf une case… Date prévue d’accouchement…hmmmmm…la généraliste a complètement oublié de me  donner ma date prévue d’accouchement, bien qu’elle m’ait demandé la date de mes dernières règles… Je suis tout aussi fautive, je n’ai même pas demandé… Déjà une mère indigne… Mais maintenant que je me suis rendu compte de l’oubli, il faut que je sache ! Je passe donc au secrétariat. La gentille réceptionniste passe un coup de fil au médecin, et hop, c’est bon, j’ai ma date pour mi-août.

En Angleterre, on calcule la date d’accouchement un peu différemment : on prend le jour des dernières règles et on rajoute 40 semaines. On ne parle jamais de semaine d’aménorrhée, ni de semaine de grossesse. Il n’y a qu’un seul type de semaine, c’est bien plus simple a mon goût !

Toutefois, le calcul du terme pouvant être faux en raison de la longueur du cycle et de la période d’ovulation de la femme, la première échographie, appelée d’ailleurs dating scan, permet de donner une date prévue d’accouchement beaucoup plus fiable, en fonction de la taille du fœtus (tous les fœtus se développent exactement de la même manière durant les premières semaines).

Voilà donc pour le premier rendez-vous de suivi. Il peut être un peu déroutant, car très rapide, et ne donnant lieu à aucune vérification / auscultation. Il faut donc patienter véritablement jusqu’à la première écho pour voir que tout va bien, ce qui peut paraître atrocement long.

Je voulais également recommander un site très bien fait qui m’avait bien aidé lors de ma première grossesse et auquel je me réfère toujours d’ailleurs. Il s’agit de Babycentre . Une mine d’information pour les futures mamans. Le site propose même de recevoir chaque semaine une newsletter pour en savoir plus sur le développement du bébé et les changements survenant dans le corps de la femme enceinte. Il existe également une version française, mais comme le calcul du terme est différent entre les deux pays, je préfère le site anglais.

Prochain épisode : le Booking appointment.

J’ai enfin trouvé une super crème pour les mains

Ca fait des années que je cherche une bonne crème pour les mains : nourrissante, qui pénètre vite, qui ne colle pas.

J’en ai essayé des tonnes :

– celles qui nourrissent mais qui collent tellement que vous êtes obligées de vous essuyer les mains avec une serviette si vous voulez oser serrer la main à quelqu’un

– celles qui protègent mais qui glissent tellement que vous êtes obligées de vous essuyer les mains avec une serviette si vous voulez réussir à boire un verret d’eau sans le laisser tomber

– celles qui sont tellement grasses que vous ne pouvez pas poser vos doigts sur une feuille ou un livre, ou sur votre nouveau pull de peur de laisser une marque de gras

– celles qui nourrissent, qui collent pas, mais qui mettent 1 heure à rentrer dans la peau

– celles qui sentent mauvais

– celles qui sentent bon, qui collent pas, qui glissent pas, mais qui nourrissent pas, donc qui ne servent à rien

Bref, j’ai jamais trouvé chaussure à mon pied gant à ma main… jusqu’à cette semaine. Après une virée chez Boots, je suis tombée sur Aveeno Hand Cream with colloidal oatmeal. Un nom bien savant pour une simple crème pour les mains, mais bon.

Je connaissais la marque Aveeno. J’avais acheté des sels de bains hydratant au lait d’avoine pour Petit Bout quand il faisait ses crises d’eczema. Donc je savais que les produits étaient doux. La marque fait un peu vieillotte je dois dire, mais bon. Quand j’ai vu cette nouvelle gamme de soins je me suis dit pourquoi pas. Je l’ai essayée en cachette dans le magasin (j’en ai marre de me coltiner des tubes de crème pour les mains qui ne me conviennent pas et de me sentir obligée de les finir (j’aime pas le gachis)). Elle m’a eu l’air très bien, donc je l’ai mise dans mon panier.

Et je dois dire que je suis tout simplement ra-vie. Elle est douce, elle rentre hyper rapidement, elle ne colle pas. Elle a une odeur très délicate d’avoine. Elle hydrate bien (j’ai vu une différence sur ma peau tout de suite après l’avoir mise), et elle hydrate longtemps ! Ils disent d’ailleurs sur le tube que l’hydratation dure 24 heures et résiste même au lavage des mains. Je n’y croyais pas vraiment je dois dire, mais en fait, c’est vrai!

Je la ballade donc partout avec moi. Parce que même si elle est censée durer 24 heures, et bien je prends plaisir à en remettre tellement elle est agréable!

Bref. Ce sera certainement ma trouvaille de l’hiver!

Son prix :  £5.10, actuellement en promo chez Boots à £3.40! Je suis sûre que vous pouvez la trouver en France en pharmacie / parapharmacie.

(Article non sponsorisé)

J’ai retrouvé mon Petit Bout

Désolée, ça fait un bail que je ne suis pas venue écrire ici. Pas que l’envie m’en mnquait, loin de là. Juste un atroce manque de temps. Depuis la dernière fois, nous sommes allés à un mariage à Paris, nous sommes partis au ski entre amis, nous sommes rentrés en pleine forme… et Petit Bout a choppé la gastro.

En partant au ski, il avait déjà une otite. Sur place, le rhume a suivi, et une fois le rhume bien terminé, Paf le chien la gastro. Pas la petite gastro hein, la gastro carabinée, avec vomissements plusieurs fois par jour (y compris dans le lit… bonheur) et tellement de couches à changer que j’en avais perdu le compte.

J’en avais un peu ma claque de me taper 4 heures aux urgences pédiatriques à chaque fois que Petit Bout atteignait le 39.5° de fièvre et semblait vraiment mal en point; Donc cette fois, je suis directement allée au Medicare Français, histoire de ne pas avoir à attendre 5 jours avant d’avoir des médicaments autre que de la solution de réhydratation. Alors bon, ça coûte un bras, mais au moins, on a vu un vrai pédiatre français, on n’a pas attendu 3 heures pour le voir, on a des réponses et on peut s’exprimer en Français. Parce que déjà qu’il est difficile d’exprimer la douleur avec des mots, exprimer la douleur d’un enfant en anglais, c’est un vrai challenge. Et si besoin, on a des médicaments français (il y a une pharmacie française intégrée au Medicare, malheureusement accessible uniquement avec l’ordonnance du médecin du Medicare… Ce serait trop facile sinon 😉 )Bref, ça coûte un bras, mais quand on sait qu’il y a vraiment quelque chose, moi je dis, autant y aller tout de suite.

Bref, la gastro a quand même durée 6 jours entiers. 6 jours entiers de misère, avec un Petit Bout qui pleure toute la journée. Qui pleure pour qu’on le prenne dans les bras, qui pleure une fois qu’il est dans le bras, qui pleure quand on le pose….Bref, qui pleure tout le temps, sauf quand il dort (en général sur vous). 6 jours à ne RIEN pouvoir faire de mes journées. 6 jours à voir mon Petit Bout souffrir…

Et puis tout à coup, ça s’est fini. Comme c’est venu. Alors on y est allé doucement niveau réintroduction des aliments et c’est allé de mieux en mieux. Petit Bout mange comme un ogre depuis une semaine, et j’espère qu’il va reprendre rapidement le kilo qu’il a perdu depuis un mois avec cet enchainement  de maladies en tous genres. Il a quand même mis une bonne semaine à se remettre de tout ça.

Mais depuis vendredi dernier, on a retrouvé notre Petit Bout! Il ne pleure plus / ne chouine plus pour un rien. Il joue un peu tout seul, même s’il préfère jouer avec nous. Il rit et babille toute la journée. Et surtout, il est drôlement fier de marcher et de nous montrer tout ce qu’il sait faire (mais ça je vous raconterai plus tard).

Crédit Photo : Getty Images – Little boy with stethoscope  – By: Image Source – Collection: Image Source

J’ai testé pour vous le thermomètre Brother Max 3 en 1

Depuis la naissance de Petit Bout, j’utilisais le thermomètre rectal Tommee Tippee. Rien à dire, il est parfait. Mais comme Petit Bout traine des maladies en tout genre depuis des mois, j’ai finalement décidé d’investir dans un thermomètre qui prend la température en deux temps trois mouvements deux secondes 1 mouvement.

J’ai finalement opté pour le Thermomètre Digital Brother Max 3 en 1 : il mesure la temprature de bébé en frontal ou dans l’oreille et peut aussi afficher la température ambiante grâce à son support fourni.

Le must bien sûr, c’est la prise de température en quelques secondes seulement avec une précision de 0,1°C, sans avoir besoin de déshabiller le petit bout.

On allume le thermomètre on maintient le bouton enfoncé tout en passant le thermomètre d’une tempe à l’autre. Et hop, la température apparait. Génial.

Avouez que c’est quand même mieux que de déshabiller un enfant fiévreux, enlever sa couche, prendre un  gros risque de se faire asperger (puisqu’il est sans couche) pendant qu’on attend deux longues minutes que la température apparaisse.

Pour être honnête, je n’ai pas testé la prise de température dans l’oreille (Petit Bout n’aime pas qu’on lui mette un truc dans l’oreille, et je préfère ne pas l’énerver plus qu’il ne l’est déjà quand il est malade). Mais d’après le mode d’emploi, pas besoin d’embouts jetables avec ce thermomètre.

Pour la prise de température ambiante, cela fonctionne très bien, mais je ne m’en sers presque jamais.

Le thermomètre est fourni avec une boîte de rangement, idéale pour le ranger dans la pharmacie ou l’emmener en voyage.

Prix : environ £35 (environ 40€) chez Boots.

Je précise que cet article n’est pas sponsorisé.

Crédit Photo : brother max

Ce rhume qu’il nous traine depuis Septembre…

Depuis que Petit Bout va régulièrement chez la Nounou, il est malade… Pas tous les jours  bien sûr, mais disons une semaine sur deux.

Depuis Septembre donc, nous nous battons donc contre les rhumes, les otites, la fièvre et les toux bien grasses. Et laissez moi vous dire qu’on est au bout du rouleau. Parce qu’un Petit Bout enrhumé / malade, c’est fatigant à gérer. Déjà il chouine et pleure presque tout le temps. Ensuite, il ne veut pas vraiment manger et il faut se battre pour l’hydrater. Pour finir, les nuits sont plus courtes. Et, cerise sur le gateau, et bah Petit Bout, la dernière fois, il m’a refilé son rhume. Ca va faire trois semaines que je le traine (il l’avait aussi trainé trois semaines d’ailleurs).

Bref, des semaines difficiles. Et une fois le rhume / otite passé, une semaine plus tard, rebelotte. On recommence avec les instruments de torture pour bébé:

– le thermomètre pour être sûr que la fièvre n’est pas trop élevée. La minute passée à attendre le verdict parait interminable. J’écrirai un article à ce sujet d’ailleurs car j’en ai trouvé un top très récemment.

– le spray nasal pour nettoyer le nez de Monsieur. A sa vue, Petit Bout part en courant à quatre pattes. Et on n’est pas trop de deux pour faire rentrer quelques gouttes dans son petit nez : un pour lui tenir les bras et la tête, un pour appuyer sur le pulvérisateur qui reste toujours coincé quand on a finalement réussi à bien se positionner.

– les gouttes pour les oreilles. Un peu plus facile à gérer que le spray nasal. On allonge bébé sur le côté, on attend quelques minutes en le balladant dans l’appartement, histoire que les gouttes pénètrent bien. Quelques pleurs et impatiences, mais ça reste facile, même seule.

– le mouche bébé. Le pire instrument de torture jamais inventé. Pour ma part, j’ai testé le Prorhinel avec embouts jetables que m’avait conseillé une maternity nurse (impossible de tenir l’embout et d’aspirer tant Petit Bout se débat et hurle) et la poire Tommee Tippee (jetée rapidement car la poire et l’embout ne se démontaient pas sur celui que j’avais (à mon avis un défaut à l’usine) donc pas hygiénique du tout, je l’ai jeté tout de suite) . Bref, je n’ai toujours pas réussi à me servir d’un mouche bébé manuel. Les hurlements de Petit Bout (encore pire que ceux qu’il pousse quand on utilise le spray nasal)  m’ont toujours découragés. Je viens d’en acheter un nouveau de chez Nuk. J’espère qu’il marchera mieux (mais je ne suis pas pressée de l’essayer on va dire).

– les suppositoires. Les premières fois, je trouvais ça dur, car j’avais peur de faire mal à petit bout. Mais au bout du compte c’est très facile. Je mets plein de crème sur les fesses de Petit Bout, et le suppositoire glisse tout seul. Après, je tiens les fesses fermées du petit une minute pour que le suppo ne ressorte pas, en racontant une histoire ou en jouant avec un jouet avec lui. Petite remarque sur les suppositoires Nifuril : ils se coupent en deux, mais les deux bouts sont carrés… Ils pourraient quand même les faire en forme de « fusée » pour que ce soit plus facile à mettre.

Si vous habitez en Angleterre, je vous conseille vivement de faire un stock de suppo. Ici, il n’y en a pas (et je vous épargne la tête du médecin quand vous lui dites que vous osez mettre des suppo à un enfant de neuf mois), et c’est quand même le médicament le plus efficace selon moi. Pour les oreilles, en général, on ne vous donne pas de goutte non plus, donc vous pouvez prévoir aussi. De toutes façons, la médecine anglaise est ce qu’elle est. Ce que je comprends pour les adultes, mais pour les enfants, j’ai toujours la rage quand je ressors de chez le GP qui me dit que mon fils n’est pas vraiment malade, que c’est viral, et que donc il n’y a rien à faire, à part donner du paracétamol, bien hydrater l’enfant, et attendre que ça passe (le discours est d’ailleurs le même aux urgences pédiatriques, article à venir).

Bref. Une semaine que Petit Bout est sans microbes. Croisons les doigts pour que nous ayons un peu de répit! Et vivement la fin de l’hiver.

Crédit Photo : Getty Images – Little boy with stethoscope  – By: Image Source – Collection: Image Source

Oui, une jeune maman débordée peut aussi se faire les ongles

Je n’ai jamais été une pro de la manucure. Le vernis n’est jamais bien sec et je me retrouve avec des empreintes digitales incrustées sur les ongles, le vernis dépasse toujours un peu et quand j’essaie de l’enlever délicatement avec du dissolvant, je finis par ruiner le vernis sur mes ongles…bref, le vernis n’a jamais été mon meilleur ami.

Cependant, depuis quelques temps, je trouve que ça ajoute un petit plus à mon look de maman débordée. J’ai du à mon grand regret abandonner les talons pour cause d’habitat à un étage élevé, de poussage de poussette, de mal de dos, bref, je passe. Donc le vernis, je me dis que ça peut peut être compenser.

Le problème, comme je le disais plus haut, c’est que de mettre du vernis correctement, ça prend du temps. Et avec un petit bout, avoir dix minutes d’afilée pour soi, c’est dur. Mais j’ai trouvé le vernis miracle : le Rimmel Lycra Pro. Il sèche en deux temps trois mouvements, le pinceau est parfait pour une application facile (et je veux dire par là que même avec la main gauche, je ne dépasse pas trop), et une couche peut suffire. Bref, 10 minutes, c’est plus qu’assez pour se faire une petite manucure maison!

Tout ça pour la modique somme de £4.59…

Je précise que cet article n’est pas sponsorisé.

Octobre Rose (Bavardages de Nanas)

Cette semaine Maman Bavarde nous a demandé de parler de nichons dans ses Bavardages de Nanas. Et ouais. On est femme, on a des nichons.

Bon, moi, mes nichons, ils sont pas vraiment gros. Un petit 90B quoi…Et c’est bien parce que j’ai un grand dos. Quand j’étais enceinte, j’ai un peu pris (histoire de vraiment bien remplir le B du 90), mais rien d’incroyable. Là où ça été tout bonnement incroyable, c’est quand j’ai allaité (oui, je sais on n’a pas le droit de parler de nos monstres, mais j’en parle pas vraiment là, hein?). Mais un jour, j’ai arrêté d’allaiter…et là, ça été le drame…mes nichons sont devenus tout petits. Plus petits qu’avant l’allaitement bien sûr…mais surtout plus petits qu’avant ma grossesse. Enfer et damnation! Je m’y fais peu à peu mais javoue, j’ai du mal quand même.

Bref, on parle on parle, mais petits ou gros, il faut faire attention mesdemoiselles, mesdames. Parce qu’un malheur est bien vite arrivé. Donc à mettre sur vos To do lists déjà bien pleine : le rendez-vous annuel chez le Gyneco et l’auto-diagnostic du sein régulier. Ce sont les seuls moyens de dépister un cancer du sein. Et mettez vous bien dans la tête que plus un cancer du sein est dépisté tôt, plus on a de chance de le guérir. Donc ce serait quand même bien bête de passer à coté non? C’est tellement facile!

Bavardages de Nanas #3

Cette semaine dans Bavardages de Nanas, mes cheveux et moi.

Oui, après les poils, les cheveux. Ca parait logique, non ? Les poils, c’est un peu des cheveux; On n’est j’amais contente de ce qu’on a. Quand on les a frisés on donnerait n’importe quoi pour les avoir lisses et quand ils sont lisses comme des baguettes chinoises, on voudrait les avoir ondulés et plein de vigueur.

Bref. Moi, des cheveux, j’aimerai bien en avoir. Pas que j’ai pas de cheveux, hein…on se comprend bien. Mais j’aimerais bien avoir une belle crinière… un peu comme Jennifer Aniston ou Cheryl Cole. Des cheveux épais. Des cheveux lisses, mais pas trop. Des cheveux avec du volume mais pas trop. Et surtout, des cheveux avec lesquels on peut faire un peu ce qu’on veut… Bref des cheveux qui permettent une coiffure qui tienne plus de 5 minutes d’affilée.

Vous l’aurez compris…j’ai des cheveux lisses et sans volume.

Pour la couleur, ça peut aller. Les coiffeurs essaient toujours de me faire  plaisir en me disant que j’ai une base fantastique, blond cendré, idéale quoi. Bon. Moi je trouve que j’ai les cheveux blonds / chatain très clair. Ca me va. Je préférais bien évidemment mon blond « blé » de quand j’étais plus jeune. Mais mon blond « cendré » me convient parfaitement. Quelques mèches pour égayer un peu tout ça l’hiver et le tour est joué.

Le vrai problème donc, c’est la texture. Plus lisses que des baguettes chinoises, avec le volume d’une feuille de papier cellophane. Un vrai bonheur. J’ai tout essayé : les shampooings volumateurs, les mousses, les sprays avant brushing, les sprays après brushing, les rouleaux, les macarons sur cheveux mouillés avant d’aller se coucher… Rien ne marche. RIEN. Même le fer à friser. J’ai de magnifiques boucles ondulations quand je déroule le fer, et le temps que je finisse la tête, les premières ondulations ont déjà disparu… A l’époque, j’avais même essayé les bigoudis, avec séchage sous casque pendant une heure pour un mariage. 5 minutes après être sortie de chez le coiffeur, c’est comme si je n’y avais jamais mis les pieds (sauf rapport à mon portefeuille). Bref, j’ai les cheveux tellement lisses que rien ne tient…même les barrettes (celles qu’on clipe toutes simples) finissent par glisser et tomber…Ridicule.

Mon remède de femme sage (oui à 32 ans, on est plus sage qu’à 20) : laisser faire la nature. Finalement, ça ne sert à rien de se battre contre des montagnes. Je garde donc mes cheveux raides. Et puis de toutes façons, en général, je les attache. Donc finalement, ça ne se voit pas tant que ça. Et puis quand je défais mon « chignon » dans la journée, pendant 5 minutes, j’ai du volume. Et c’est là que Gros Bout me dit : bah qu’est ce que t’as fait à tes cheveux ? Ils sont tout bizare… Tu devrais aller te passer un coup de peigne.