Madère : une bonne destination pour partir en famille

Pointe Est

Pointe Est

Nous cherchions une destination pour partir avec Petit Bout (3 ans et des brouettes) début Avril. Nous voulions un endroit

–       avec un climat clément (pas trop chaud, mais pas trop froid non plus),

–       pas trop loin de Londres (moins de 5 heures de transport),

–       avec de jolis paysages

–       un hôtel avec club pour enfants et une piscine.

Nous avons finalement opte pour Madère, petite ile portugaise au large du Maroc.

Le climat est tempéré donc il ne fait jamais trop chaud et jamais vraiment froid non plus, sauf dans les montagnes où on peut trouver de la neige.

Trois heures et demi d’avion depuis Londres, ce qui se fait très bien avec un enfant en bas âge. Pas de décalage horaire.

L’ile est toute petite, ce qui fait qu’on peut faire différentes excursions tous les jours pour visiter les différentes parties de l’ile (deux heures maxi pour aller a peu près n’importe où de Funchal, la capitale.

Nous sommes allés dans un super hôtel, le Vidamare Resort, à Funchal. On peut accéder au centre ville en bus très facilement en 10 minutes. L’hôtel a deux piscines extérieures (non chauffées), une piscine intérieure / extérieure chauffée, une piscine intérieure non profonde chauffée pour les enfants, et propose Jacuzzi, sauna, hammam. On avait aussi accès au club enfant gratuitement sous réserve de réserver 24 heures avant (car nous étions en basse saison, sinon, pas besoin de réserver). Parfait pour laisser un peu de temps aux parents pour prendre du temps a deux.

Hotel

Nous avons trouvé que Madère était une destination parfaite pour partir en famille. Tout se fait très facilement en voiture. Les paysages sont stupéfiants et très différents selon les parties de l’ile. Pour moi, c’est un peu un mélange de ce que je m’imagine de l’Ecosse et de Hawaii : côtes escarpées, falaises plongeant dans l’eau, végétation luxuriante, montagnes vertes. A ne pas rater : les jardons botaniques, splendides et variés. Porto Moniz et ses piscines naturelles. La pointe Est. Le centre avec ses vallées verdoyantes.

Nous n’avons finalement jamais mis Petit Bout au club enfant. Il était ravi de pouvoir venir avec nous se balader dans la nature et de se dépenser. Nous avons même fait une excursion en catamaran pour aller voir les baleines et les dauphins. Pas de baleines malheureusement mais beaucoup de bancs de dauphins qui sont venus jouer près de notre bateau : féerique.

Je vous laisse un aperçu de l’ile en photos

Palheiro Gardens

Palheiro Gardens

Vue du Lido

Vue du Lido

Vue de Jardim do mar

Vue de Jardim do mar

Pico de Arieiro

Pico de Arieiro

Pointe Est

Pointe Est

Pointe Est

Pointe Est

Porto Moniz

Porto Moniz

Porto Moniz 2

Porto Moniz

Porto Moniz

Petits bémols :

–       si vous voyagez avec des enfants plus petits : on peut faire beaucoup de dénivelé en une journée, surtout si on se rend au sommet de l’ile (1800m), donc attention aux oreilles! Petit Bout a eu une petite otite en fin de séjour.

–       Attentions, les routes tournicotent dans le centre… si les enfants sont malades en voiture

 

Un nouvel équilibre

Tout le monde le sait, un enfant, ça change la vie. Quand on a passé plus de trente ans à s’occuper de soi ou de son couple, l’arrivée d’un bébé, c’est comme si une tempete passait dans votre appart. Oui. Même si on désire un enfant depuis longtemps et qu’on a neuf mois pour s’y faire.

Les débuts ont donc été plutôt difficiles et cahotiques pour nous. Entre l’arrivée du bébé, la nouveauté, la fatigue, la peur de ne pas savoir bien faire et les pleurs incessants (merci le reflux), notre santé en a pris un coup. Notre couple a été mis à rude épreuve. Mais on s’en est sorti.

Ces 9 mois (voire plus) de nuits entrecoupées de journées entrecoupées de vagues périodes de sommeil, et bah je crois qu’on a mis trèèèès longtemps à récupérer. Si bien qu’on s’est dit pendant notre dernier voyage (sans enfant) qu’il fallait qu’on s’organise différemment avec Petit Bout.

Le plan : arrêter de tout faire tous les 3. Plan que nous avons mis en oeuvre pas plus tard que le lendemain du jour où nous sommes rentrés, soit il y a presque deux mois maintenant.

Et je dois dire que c’est top. J’ai presque l’impression d’avoir une nouvelle vie, dîtes donc.

Le week-end donc, un seul d’entre nous se lève pour donner le petit déjeuner au petit. L’autre peut ainsi continuer à dormir, ou juste à se prélasser au lit sous la couette, tranquille (une fois le biberon terminé – deux minutes top chrono-, notre petit bout est à fond, donc le rendormissement est souvent impossible. Mais ça fait du bien juste de prendre le temps de sortir de son lit.

Ensuite, l’un de nous s’occupe du monstre pendant une ou deux heures avant le déjeuner. Laissant à l’autre l’opportunité de faire autre chose, de préparer le déjeuner, ou tout simplement de ne rien faire dans le calme.

Puis vient l’heure de la sieste, qui souvent est aussi notre sieste (on reprend du poil de la bête comme on peut).

L’après-midi, on fait des activités ensemble puis l’un de nous s’occupe majoritairement du Petit Bout.

Pourquoi n’y avions nous pas pensé plus tôt franchement? C’est vraiment une idée simple comme bonjour quand même. Peut être que quand on a le nez dans le guidon, on ne voit plus les choses simples… Tout simplement. Bon, je me disais aussi que Petit Bout nous voit rarement tous les deux, et que c’était sympa le week-end d’être le plus souvent fourrés tous les trois. L’image de la famille, tout ça.

Mais le résultat est là. Les parents sont plus zens, plus patients, encore plus contents de s’occuper du Petit Bout. Ils ont du temps rien que pour eux (ok, chacun de leur côté, mais ça fait du bien aussi). Et le Petit Bout est content. Il a des moments privilégiés avec chacun de ses parents, qui en plus sont plus patients et plus résistants à son dynamisme et à ses bêtises en tous genre (et à ses colères).

Bref. Presque deux ans plus tard, nous avons donc trouvé un bon équilibre. Mieux vaut tard que tard comme on dit !

Crédit Photo : Getty Images – balanced stones on white background par Gunay Mutlu – collection Stockbyte

Ca fait bizarre

Voilà, Noël est déjà passé. Nous sommes rentrés en France pour un Noël marathon, comme  tous les ans. 3 jours en Vendée chez les parents de Gros Bout, 2 jours à Paris pour fêter Noël avec ma famille. Tous les ans on se partage. Tous les ans on rentre content, certes, mais crevés. Avant on rentrait crevés tous les deux. Donc on se voyait déjà rentrer crevés à 3.

Sauf que finalement, la Maman de Gros Bout a voulu garder Petit Bout une petite semaine. On a dit Banco. Elle est donc venue le chercher à Paris lundi pour le ramener en Vendée. C’était la première fois qu’on laissait Petit Bout comme ça, dans le train… D’habitude, on l’amène chez nos parents, on reste un peu, puis on part. Là, on l’a déposé dans le train, et on a dit au revoir par la vitre (oui, j’ai écrasé une énorme larmouille). Ca nous a fait drôlement bizarre de repartir les mains vides, sans bébé, sans poussette, sans sac…

Mais on s’est senti drôlement léger dans l’Eurostar quand nous sommes rentrés à Londres. On a pu lire des magazines, manger en même temps, fermer l’oeil…

On est rentrés à la maison pour ressortir aussitôt prendre un verre tous les deux en amoureux. Bah oui : on peut sortir quand on veut cette semaine : pas de babysitter à booker, pas d’horaire pour rentrer, pas de « on peut pas, Petit Bout fait la sieste », pas de purée à préparer, pas de yaourts à acheter…

Bref, ça nous fait tout drôle. On a un peu retrouvé notre vie d’avant où on était complètement libre de nos mouvements. Ca tombe bien car des amis à nous sont à Londres cette semaine, ce qui nous permet de nous faire de bons restos et des sorties sympas.

Mais au fond de notre coeur, on a toujours la présence de Petit Bout : on se demande ce qu’il fait, comment il va, s’il pense à nous, on se dit qu’il nous manque, on continue de fermer les portes pour ne pas faire trop de bruit et j’ai quand même acheté des yaourts aujourd’hui au cas où.

Bref, on est contents, on est libre, mais il nous manque notre Petit Bout quand même! Vivement Dimanche qu’on le retrouve!

 

Escapade à New Forest

C’est toujours pareil. Quand les vacances sont finies, on a qu’une envie, c’est de repartir. Mais parfois, un petit week-end, c’est aussi sympa, c’est dépaysant, et procure le break dont on peut avoir besoin.

L’année dernier, en bons babymooners que nous étions, nous avions pris quelques jours de vacances avant l’arrivée du petit poussin. Comme je ne pouvais pas vraiment aller trop loin, nous avions abandonné l’idée des Cornouailles et d’Edimbourg et nous nous étions rabattus sur New Forest.

New Forest, c’est à une heure et demi de voiture au Sud-Ouest de Londres. Nous y avons passé 2 jours, dans un hotel spa bien sympathique, le New Park Manor Hotel and Spa.

Au menu, ballades dans la forêt et rencontre avec poneys sauvages, biches et cochons moins sauvages,

ballade au bord de la mer (30 minutes de route de notre hôtel),

bonne bouffe,

et relaxation.

Un très bon break de deux jours. Parfait pour décompresser et se ressourcer. Je sens qu’on va remettre ça à bientôt!