Le calendrier de l’Avent, c’était pas une bonne idée en fait…

Je me disais que ce serait sympa de faire un petit calendrier de l’Avent pour Petit Bout. Vu qu’il n’a que deux ans, j’étais un peu limitée dans mes choix :

– Il y a les calendriers « classiques » de mon enfance avec un chocolat à manger tous les jours ; c’est sympa, mais vu que j’ai réussi à lui épargner les sucreries jusqu’à présent, je ne vais pas tout gâcher en lui donnant 24 chocolats à manger en 24 jours

– Mes préférés, c’était les calendriers Lego, avec des petits Lego en cadeau tous les jours. Petits… c’est bien le problème, vu que je n’ai pas envie qu’il s’étouffe avec une lumière du sapin Lego, je me suis abstenue et j’attendrai encore quelques années (apparemment, c’est à partir de 5 ans, j’ai du temps devant moi).

– J’avais également vu plein de calendriers de l’Avent faits maison, ou en bois avec des petites surprises à mettre dans chaque case. Mais le problème est un peu le même, j’étais un peu limitée niveau petites surprises. Ou alors j’ai pas trouvé l’inspiration.

LedWoodenAdventCalendar

Led Wooden Advent House, John Lewis

Donc j’ai pris mon courage mes ciseaux à deux mains et j’ai fabriqué à petit bout un petit calendrier de l’Avent rien que pour lui :

Une carte avec une case pour chaque jour, des petites enveloppes avec les numéros des jours, contenant des stickers à coller dans chaque case.

CalendrierAvent

Pas calorique, pas dangereux, ludique… mais quelle idée de génie ! (oui, j’y ai cru, je vous assure…)

Sauf que…

Bah Petit Bout, le concept du calendrier de l’Avent, ça lui passe complètement au dessus. Petit Bout, quand il colle, il colle. Il ne colle pas juste un ou deux stickers et il s’arrête parce qu’aujourd’hui, on colle que les stickers d’aujourd’hui. S’il pouvait, il ouvrirait toutes les enveloppes le même jour, histoire de tout coller d’un coup.

Et le concept de la case de 6cm² pour coller un sticker, il aime pas trop pas trop si vous voyez ce que je veux dire… En plus il peut même pas choisir sa case. Il faut qu’il colle le sticker dans la case que je désigne… Bref, ça ne lui va pas du tout… Monsieur est un artiste… Monsieur aime la liberté.

Je ne parle pas des jours où Monsieur n’a aucune envie de faire des collages… Donc votre calendrier de l’Avent, il reste sur la cheminée …

Bref, ma petite idée de calendrier de l’Avent, histoire de commencer à expliquer tout en s’amusant le sapin de Noël, le Père-Noël, les cadeaux et compagnie, c’est un petit fiasco. En général, ça se termine en pleurs.

Donc l’année prochaine, ce sera un calendrier de l’Avent avec du chocolat.

Article publié sur SBG

L’art de ne rien faire

D’habitude, ne rien faire est tout un art.

On se lève tard, on traîne au lit, on prend son petit déjeuner devant la télé en se disant que le troisième muffin est peut-être superflu mais en le mangeant quand même parce qu’on va aller au sport pour brûler les calories supplémentaires. Bien évidemment, on ne va pas au sport parce qu’ils repassent Indiana Jones et que ça fait vraiment longtemps qu’on ne l’a pas vu et que de toutes façons, il fait un peu froid pour sortir…bref, on trouve toujours de bonnes excuses quand on veut ne rien faire…

Quand on a un enfant, on n’a plus besoin d’excuses…On ne fait juste rien, parce que tout simplement, on ne peut rien faire. Les journées sont à la fois trop longues (mais combien de fois cette petite chose mange-t-elle par jour? Comment, ça ne fait que 2 heures qu’il pleure?) et trop courtes (j’aimerais bien finir de lire cette page).

Pourtant, j’avais plein de bonnes résolutions quand j’ai pris mon congé maternité ; ranger l’appartement à fond et me débarrasser des choses inutiles et des vêtements non portés depuis plus de deux ans et toujours dans mon armoire pour des raisons farfelues (je vais bien perdre 3Kg cette année /c’est un cadeau, je ne peux pas m’en débarrasser / Je suis sûre que le bleu canard m’ira mieux en 2011…), faire mes albums photos en retard (et laissez moi vous dire qu’il y en a pas mal), tester de nouvelles recettes de cuisine…

Depuis la naissance de notre petit bout préféré, je n’ai eu le temps de rien faire, à part m’occuper de lui et faire le minimum pour avoir un appartement à peu près rangé et nourir le gros poulet.

Parce que s’occuper d’un petit bout, c’est : le nourir toutes les 3 heures environ (compter 20 bonnes minutes), le garder droit toutes les 3 heures pour que le lait reste dans son estomac et n’aterrisse pas sur mon pull fraîchement sorti de la machine (compter 10 bonnes minutes), le changer toutes les 3 heures (durée variable selon l’ampleur des dégats). Ce qui nous amène déjà à environ 5 heures de maintenance sur les 24 que compte une journée.

Ensuite, il y a le temps passé à essayer de l’endormir ou à l’empêcher de pleurer, ce qui represente la majeure partie de la journée en général. Car voyez-vous, notre petit bout est atteint de coliques ET de reflux. Donc il a eu le temps de bien developper ses cordes vocales depuis quelques semaines.  Et pour le calmer, nous n’avons trouvé que trois solutions : le prendre dans nos bras et le bercer, lui mettre un doigt dans la bouche, et le prendre dans nos bras, le bercer tout en  lui mettant un doigt dans la bouche. Ces solutions ont le désavantage de ne vous laisser au maximum qu’un bras de libre. Ce qui rend difficile toute activité. Un mail peut prendre une journée à écrire, se laver les dents, prendre une  douche, se faire à déjeuner, tourner les pages d’un livre deviennent de vrais challenges.

Heureusement, tout cela me permet d’améliorer mon habileté à ne me servir que d’une seule main et me permet de me remuscler les bras en douceur en attendant de reprendre le sport dans quelques semaines…enfin si je trouve le temps!