Trouver son rythme

Avec deux enfants en bas âge (3 ans et 5 mois), j’ai eu énormément de mal à trouver mon rythme.

Jusqu’au 13 Aout, tout était réglé comme du papier a musique ou presque. Mais Mini Bout est arrivée. Et j’ai du faire un peu de réorganisation, a savoir, faire deux fois plus de choses dans le même laps de temps.

Le temps pour les tétées, le temps pour faire manger le plus grand, le temps pour jouer, le temps pour consoler, le temps pour le bain, le temps pour s’occuper de la maison, le temps pour diner avec mon homme, le temps pour parler ou voir mes amis, le temps pour dormir… Je ne parle pas du temps pour moi. Il a été quasi inexistant jusqu’à tres recemment.

Mais finalement, je crois que j’ai réussi a organiser mes journées pas si mal que ça . Alors évidemment, ce n’est pas encore ça, mais dans l’ensemble, ça roule.

Petit aperçu :

Entre 6 et 7 h du matin, réveil de Mini Bout. Changement de couche, gazou gazou dans le lit.

Entre 6.30 et 7.30, réveil de Petit Bout. La journée « commence ». Préparation des biberons, Petit déjeuner pour tout le monde.

10.00 : sieste de Mini Bout.

11.00 : dejeuner de Mini Bout

12.30 : dejeuner de Petit Bout

13.30 : sieste, parfois des deux, parfois d’un seul, parfois de personne… La vie est injuste

15.00 : gouter de mini Bout

16.00 : gouter de Petit Bout

18.00 : bain, l’un après l’autre

19.00 : biberon pour Mini Bout, diner pour Petit Bout

19.30 : disparition de Mini Bout dans son lit (et d’un!)

20.00 : lecture d’histoire pour petit Bout, suivie de l’extinction des feux. Je ne parle pas de disparition de Petit Bout, puisque depuis 1 mois maintenant, il se relève de son lit jusqu’à environ 21.30. Je reviendrai la-dessus dans un prochain billet. Parce que je suis a la recherche d une solution durable pour qu’a partir de 20.30 maxi, je puisse rester tranquille avec mon homme pour quelques heures. Non mais oh…

22.30 : extinction des feux pour moi, rapport au fait que je me lève encore deux ou trois fois par nuit pour donner un biberon a Mini Bout ou lui remettre sa tetine pour qu’elle veuille bien se rendormir. Mais par rapport a il y a deux semaines, ou nous nous levions 5 ou 6 fois par nuit, c’est le bonheur!

Bref, des journées (et des nuits) bien remplies, avec dans les temps « morts », les machines a étendre, le lave-vaisselle a sortir, les repas a préparer, les voitures a faire rouler, les couches a changer, la maison  ranger, les courses a faire, le travail a chercher, les entretiens a préparer, les livres a lire (pas les miens, ceux de petit Bout. J’ai commence un livre en Juillet, que je n’ai toujours pas fini…je crois que je n ai pas lu une page depuis le mois d’Aout)

Et vous, vous avez mis du temps a trouver votre rythme avec l’arrivée du deuxième?

ArticlepubliéSobusygirls

Le calendrier de l’Avent, c’était pas une bonne idée en fait…

Je me disais que ce serait sympa de faire un petit calendrier de l’Avent pour Petit Bout. Vu qu’il n’a que deux ans, j’étais un peu limitée dans mes choix :

– Il y a les calendriers « classiques » de mon enfance avec un chocolat à manger tous les jours ; c’est sympa, mais vu que j’ai réussi à lui épargner les sucreries jusqu’à présent, je ne vais pas tout gâcher en lui donnant 24 chocolats à manger en 24 jours

– Mes préférés, c’était les calendriers Lego, avec des petits Lego en cadeau tous les jours. Petits… c’est bien le problème, vu que je n’ai pas envie qu’il s’étouffe avec une lumière du sapin Lego, je me suis abstenue et j’attendrai encore quelques années (apparemment, c’est à partir de 5 ans, j’ai du temps devant moi).

– J’avais également vu plein de calendriers de l’Avent faits maison, ou en bois avec des petites surprises à mettre dans chaque case. Mais le problème est un peu le même, j’étais un peu limitée niveau petites surprises. Ou alors j’ai pas trouvé l’inspiration.

LedWoodenAdventCalendar

Led Wooden Advent House, John Lewis

Donc j’ai pris mon courage mes ciseaux à deux mains et j’ai fabriqué à petit bout un petit calendrier de l’Avent rien que pour lui :

Une carte avec une case pour chaque jour, des petites enveloppes avec les numéros des jours, contenant des stickers à coller dans chaque case.

CalendrierAvent

Pas calorique, pas dangereux, ludique… mais quelle idée de génie ! (oui, j’y ai cru, je vous assure…)

Sauf que…

Bah Petit Bout, le concept du calendrier de l’Avent, ça lui passe complètement au dessus. Petit Bout, quand il colle, il colle. Il ne colle pas juste un ou deux stickers et il s’arrête parce qu’aujourd’hui, on colle que les stickers d’aujourd’hui. S’il pouvait, il ouvrirait toutes les enveloppes le même jour, histoire de tout coller d’un coup.

Et le concept de la case de 6cm² pour coller un sticker, il aime pas trop pas trop si vous voyez ce que je veux dire… En plus il peut même pas choisir sa case. Il faut qu’il colle le sticker dans la case que je désigne… Bref, ça ne lui va pas du tout… Monsieur est un artiste… Monsieur aime la liberté.

Je ne parle pas des jours où Monsieur n’a aucune envie de faire des collages… Donc votre calendrier de l’Avent, il reste sur la cheminée …

Bref, ma petite idée de calendrier de l’Avent, histoire de commencer à expliquer tout en s’amusant le sapin de Noël, le Père-Noël, les cadeaux et compagnie, c’est un petit fiasco. En général, ça se termine en pleurs.

Donc l’année prochaine, ce sera un calendrier de l’Avent avec du chocolat.

Article publié sur SBG

Le parc ? C’est chiant quand même

J’essaie d’emmener le plus souvent possible Petit Bout au parc, histoire qu’il se défoule un peu et prenne l’air. Bon, à Londres, le temps fait que ce n’est pas toujours possible, mais quand une éclaircie arrive, j’en profite donc pour aller au Paddington gardens, à 50m de la maison.

Mais plus ça va, plus je me rends compte que le parc, bah c’est chiant.
Déjà, forcément, je suis pas la seule maman à profiter des éclaircies londoniennes. Donc en général vers 16.30, le playground est juste plein à craquer d’enfants en tous genres : des tout tout petits (genre même pas six mois), des petits, des grands et des bien plus grands (une bonne dizaine d’années à vue de nez).
Eh bah cette population ne se mixe pas vraiment bien je trouve.

Bon, les tout tout petits, en général, ils sont dans les balançoires. Donc ça gêne pas on va dire (sauf si vous voulez faire de la balançoire…)
Les petits (6 mois – 4 ans), c’est bon, ils font leur vie, rien à dire.
Les grands et les plus grands, en revanche, ça fait trop. Déjà, parce qu’ils dénaturent un peu toutes les activités. Ils sautent sur tout ce qui bouge, ils envoient tout valser. Ils jouent au ballon alors que l’endroit ne s’y prête pas du tout, donc on est toujours obligé de guetter qu’un ballon ne nous arrive pas en pleine face Bref, un Petit de 18 mois n’est pas vraiment en sécurité finalement avec ces grands qui maîtrisent tout ! Ce n’est pas un reproche, hein qu’on se comprenne bien, il faut bien qu’ils s’amusent aussi, mais je me dis juste que ce serait bien de créer un tout petit playground un peu plus pépère pour les moins de 4 ans.

Parce que moi finalement, je passe mon temps à courir après Petit Bout, lui dire que
– non, il ne peut pas piquer la trottinette rose de la petite fille
– non, il ne peut pas aller manger les gâteaux des autres
– non, il ne peut pas aller trop près des balançoires, c’est dangereux
– non, il ne peut pas aller jouer dans tel coin parce que des « trop » grands sont en train de jouer au foot (alors que soit dit en passant, c’est interdit, à juste titre d’ailleurs) et que s’il va là bas , il va se faire taper, faucher ou se prendre un ballon dans la tête
– non, il ne peut pas jouer avec cette attraction parce que les « trop » grands sont en train de faire n’importe quoi avec et que donc il va voler
– non, le toboggan, faut attendre son tour et que comme il sait pas monter à une échelle, il faut attendre encore plus longtemps

Bref, peut-être que ça le défoule bien le parc, mais moi, perso, ça me stresse.

Et vous, vous faites comment au parc ? Vous courez après votre petit histoire qu’il ne lui arrive rien ou vous le laissez vivre sa vie et advienne que pourra ?