Ma nounou a fait un AVC

Trois semaines de vacances et trois semaines de voyage de noces plus tard, me revoilà!

Tout était parfait, on était bronzés, reposés. Le dimanche en revanche, petit texto de ma nounou qui me dit qu’elle a fait une attaque cérébrale le jeudi, qu’elle est sortie de l’hôpital vendredi mais qu’elle va se reposer une semaine avant de reprendre le boulot. Stupeur.

Ma nounou est une femme hyper dynamique, toujours en pleine forme, jamais malade. Pourtant, avec 4 enfants à elle, plus les enfants qu’elle garde la journée, c’est quand même facile d’être fatiguée, ou même d’attrapper un simple rhume l’hiver, avec tous les microbes que nos angelots font tourner. Bah non. Elle, elle a toujours la pêche. Et puis paf, le chien, comme ça tout d’un coup, un AVC.

Je sais que le plus souvent les AVC ne préviennent pas. D’ailleurs, elle avait fait un check up en Août dernier et tout allait pour le mieux. Mais quand même… Elle n’a qu’une quarantaine d’années. Un matin, elle s’est réveillée, elle est allée préparer le petit déjeuner, et elle s’est rendue compte qu’elle ne pouvait pas attrapper le paquet de céréales. Puis elle ne sentait plus sa jambe. Puis, elle ne pouvait plus parler (elle savait ce qu’elle voulait dire, mais impossible de former des mots). Ambulance, Hôpital, scanners, IRM… Heureusement, elle a été très vite prise en charge et a pu retrouver très vite l’usage de la parole, de son bras et de sa jambe.

Petit Bout est donc retourné avec elle depuis deux jours. Quand je l’ai revue, je n’ai pu m’empecher de penser qu’elle avait vraiment l’air fatigué (normal me direz vous après un événement comme ça). Je lui ai donc dit que si elle voulait prendre plus de temps pour se remettre, qu’elle me le dise, que je m’occuperai de Petit Bout. Mais elle a refusé, me confirmant qu’elle se sentait bien et que la vie continuait. Mais elle a changé. Elle parle moins, est moins expansive qu’avant. Moins joyeuse. Peut être est-ce tout simplement la fatigue. Ou peut-être que je me fais tout simplement des idées.

Mais surtout, je n’arrive pas à être complètement sereine depuis. Je me dis qu’elle a eu beaucoup de « chance » : son mari et ses enfants étaient là et ils ont pu appeler les urgences et la soigner au plus vite. Mais si elle refaisait une attaque? Et si ça lui arrivait quand elle est seule avec les petits? Bref, je ne suis plus tranquille et garde encore plus qu’avant un oeil sur mon téléphone…

Publicités

C’est bien la première fois…

10 mois que je fais garder Petit Bout.

10 mois qu’il est toujours content de retrouver sa nounou et les autres enfants. Même les tous premiers jours.

Mais aujourd’hui , il s’est accroché à moi fort fort fort pour ne pas partir et rester encore un peu avec moi.

Aujourd’hui, il pleut et mon coeur pleure aussi.

Nounou, checked

Youhou!!!!! J’ai trouvé ma nounou!!!!!

Après maintes visites de crèches et de childminders, j’ai enfin trouvé une Nounou qui me convenait (et qui convenait parfaitement à Petit Bout).

Pour trouver une nannie à Londres, voilà comment faire (je me dis que ça peut toujours servir à quelqu’un, donc je raconte rapidement. Si vous savez pas trop comment vous y prendre, n’hésitez pas à me contacter par mail, je me ferai un plaisir de vous aider). Tout d’abord, il faut savoir si vous voulez une Nannie registered ou non. Grosso modo, les Nounou registered chez Ofsted (l’équivalent de la DASS) accueillent les enfants chez elles (jusqu’à 3 en général, selon l’âge des enfants), sont diplômées et font des formations régulières, ont également une formation de premiers secours et sont contrôlées régulièrement par Ofsted (qui évalue leur comportement avec les enfants et la façon de les éveiller). Elles prennent aussi les Childcare Vouchers, ce qui est un avantage non négligeable. Pour trouver ces Nounou, il suffit de demander la liste à votre Bourough (faisable par mail pour Westminster).

Si ça ne vous fait ni chaud ni froid que votre Nounou soit registered, il y a des petites annonces partout. Pour des Nannies françaises, le plus simple, c’est de regarder dans Ici Londres. Après, il y a aussi toutes sortes d’agence qui s’occupent de placer des Nannies (attention, les frais d’agence peuvent coûter trèèèèèss cher : en général un mois de salaire).

Personnellement, j’ai choisi une Nounou registered. J’en ai rencontré 5 ou 6. Elles étaient toutes très sympa, et avaient l’air bien avec les enfants. J’ai écarté entre autre l’Ecossaise de 65 ans (Je doute qu’à 65ans, on aie la même pêche qu’à 40, et les enfants qui étaient avec elle étaient d’un calme olympien…ils avaient pas l’air hyper épanouis). J’ai écarté aussi celle qui parle Espagnol aux enfants parce que son accent Anglais n’est pas terrible (pas pratique d’avoir un enfant qui me parle Espagnol le soir alors que je ne connais pas la langue). Une seule des childminders que j’avais rencontrée m’avait vraiment tapée dans l’oeil. Quand je l’ai rencontrée, je suis tombée sur une jeune femme sympathique, mère de 4 enfants, Suédoise (avec un Anglais impécable, ce qui était un de mes critères principaux), dynamique, posée, drôle, gentille. Bref, j’étais sous le charme. En rentrant de vacances, c’est donc elle que j’ai choisie. Et depuis 3 semaines, Petit Bout va chez elles deux demi-journées par semaine. Elle l’emmène faire de la balancoire et du tobogan, dans les drops-in (où il rencontre plein d’autres enfants), au zoo, à la bibliothèque. Elle chante des chansons. Il fait de la peinture. Et avec lui, il a une ou deux(selon les jours)  petites filles d’environ 2 ans, dont une française. Bref. Je suis hyper contente. Et quand je vais le chercher, il a la banane. Limite il n’a pas envie de partir (oui, parfois je suis un peu véxée quand même).

J’avais longuement hésité avec la crèche. Les crèches en Angleterre, c’est un peu comme en France. Faut s’y prendre tôt…Rien que pour avoir un RDV pour visiter l’endroit, ça peut prendre jusqu’à un mois. Bref. J’en ai visité 7. Les 7 plus proches de la maison, soit dans un rayon de 15 à 25 minutes à pieds de la maison. 25 minutes à pied, ça commence quand même à faire beaucoup, surtout l’hiver, quand il fait froid et qu’il pleut (oui à Londres, l’hiver c’est pas fun). Donc j’ai éliminé les trois plus loin. Après, y a celles qu’on n’aime pas (parce que c’est pas propre propre, parce que rentrer avec une poussette dans l’enceinte de la crèche est un véritable challenge, parce que l’espace extérieur fait 4m² pour 20 enfants, parce que ça ferme à 16.30, parce qu’il faut amener les repas des enfants…). Bref, j’en étais arrivée à une short list de… 1 crèche. A laquelle j’ai une place… que je vais refuser.

En fait, je me dis que la Nounou, c’est quand même bien. Il reste dans un cadre « familial », dans une maison, avec une seule personne qui s’occupe de lui. Il se sociabilise quand même puisqu’il est toujours avec un ou deux autres enfants. Comme les deux autres petites filles sont plus agées, ça le tire vers le hautet lui donne envie de faire des choses qu’il ne sait pas encore faire. Et tous les matins, on l’emmène dans différents drop-ins, où il rencontre plein d’autres enfants. C’est un peu un mix entre une Nounou et une crèche finalement.

Donc voilà. A partir de mi-Novembre, Monsieur sera chez la Nounou, full time. Aujourd’hui, je laisse Petit Bout une journée entière. Quand je l’ai déposé, ils allaient au zoo. Ce sera la première fois pour lui. Et moi, c’est la première fois que je le laisse toute une journée. Ca m’a fait bizarre.